CALVIN DJOUARI L’ÉCRIVAIN DE L’ANNÉE

Publié le 22 décembre 2019 - 22h42

CALVIN DJOUARI L’ÉCRIVAIN DE L’ANNÉE

CALVIN DJOUARI a été désigné l'écrivain de la diaspora 2019 par les Camerounais et par le membre du jury des Prix Diaspocam qui recompensent les acteurs de la culture Camerounaise dans la diaspora depuis 2012, son roman QUANT ELLE PASSAIT a eu l'unanimité des votes du jury...

LE COMITE D'ORGANISATION DES PRIX DIASPOCAM LE RECOMMANDE CHALEUREUSEMENT A TOUT LE CORPS CULTUREL DE LA DIASPORA ET DU CAMEROUN...

PRENEZ LE TEMPS DE LIRE SON OUVRAGE "QUANT ELLE PASSAIT" VOUS ALLEZ COMPRENDRE LE CHOIX DU JURY... 

NOS FELICITATIONS...

VOICI CI-DESSOUS CE QU'EN PENSENT LES MEDIAS DE CE SACRE

L’écrivain camerounais basé à Paris a été distingué le 07 décembre  2019 par l’association Diaspocam, pour le travail abattu dans le monde de la littérature.

« Je tiens à remercier ceux qui m’ont permis de gagner ce prix. Je salue mon concurrent avec respect car je pense qu’il reste à ce jour une grande référence dans le monde de l’écriture dans notre Diaspora avec une quinzaine de livres publiés. En ce qui me concerne, on n’entre pas dans la postérité avec un ou deux livres, mais c’est possible avec un prix. L’écriture est un chemin long. C’est un chemin d’aventures et d’enseignements. On y court tous les risques, les risques de moqueries, de mépris, et parfois d’humiliations ; mais l’écrivain a sa pensée, et cette pensée reste élevée, » lance Calvin Djouari.

De l’avis du lauréat 2019, toutes sortes d’intrigues montrent la face de l’homme. Cela inspire le littéraire. Dans l’écriture, il ne faut pas croire qu’on est plus doué que l’autre. L’écriture est un domaine où il n’y a pas d’axiomatique possible. Il n’y a que le niveau d’écoute, l’écoute par empathie. L’écrivain, le vrai écrivain doit être humble. Ces propos du meilleur auteur de la diaspora montrent à suffisance que l’homme de lettre qu’il incarne, garde la tête sur les épaules après l’obtention du prix. Son prix est la récompense de son style littéraire. Un style réaliste. Un style couvert d’une riche imagination caractérisée par un humour complaisant.

« Le but de l’écrivain est de défendre les valeurs humaines, c’est ce que je fais depuis dans mes chroniques, » souligne Calvin Djouary. D’après le meilleur auteur de la diaspora 2019, le meilleur de l’écriture, c’est précisément de recevoir l’affection de tant de gens, le reste c’est l’histoire. Il faut essayer d’éviter d’ajouter du sensationnalisme dans un domaine où l’homme doit rester modeste. Vive Diaspocam, ceux qui travaillent pour le rayonnement de l’art et la culture sont des immortels, ils sont beautés et grandeurs. Tout est là, en densité humaine. Calvin Djouary écrit depuis sa jeunesse ardente au collège, au lycée, à l’université.

Ses écrits épars constituent mes souvenirs pleins de ravissements. Djouary a toujours aimé écrire que de parler. Il a un faible pour les voyages parce que ceux-ci lui permettent de faire des rencontres. Calvy comme l’appellent les intimes, ne s’ennuie pas assez ennuyé parce que les livres sont ses merveilleux compagnons. Il dévore tous les auteurs sur son passage, du plus bouleversant au plus charmant. D’Homère à Malraux, en passant par Chateaubriand, Garcia Marques, Soyinka, le Père Mveng, Saint John Perse, Carlos Fuentes, Khalil Gibran, Calvin Djouary ne rate aucune occasion de se gaver de connaissances livresques.

Djouary est conscient que le succès n’est possible qu’avec le soutien de ses semblables. Dans un élan de sincérité, il déclare : « Je dois beaucoup à un certain nombre d’amis. Surtout ceux de mon enfance. Il y a l’incontournable Oscar, Nelson, Guy, et à des grands frères comme Roncs Esse, et Dicka Christophe, les uns parce qu’ils m’ont aidé dans leur amitié, les autres parce qu’ils m’ont encouragé. Dans mon premier livre, j’évoque bien sûr ces noms avec cet humour complaisant qui me caractérise. Je les aime, nous sommes des frères. Je les aime. L’âge me dicte que je n’ai plus droit à l’admiration. »

Il y a bientôt un quart de siècle que Calvin Djouary quitté le Cameroun. Les gens disent au Cameroun dit que ce sont les faibles qui ont voyagé. L’écrivain s’inscrit en faux contre cette assertion. « Pour prendre la place d’une personne à l’étranger, il faut te montrer meilleur au triple, souvent dégager un effort je dirai surhumain, l’exemple visible est le football. Idem dans tous les domaines jusqu’à l’agent de sécurité. En Occident, on ne prend que les forts après un test physique, moral et intellectuel. D’ailleurs je consacrerai un livre sur les voyages, il portera sur mes expériences vécues dans 14 pays d’Afrique et d’Europe, » soutient Djouary.

Par AFRILAO.COM


Notez cet article :

Star Système : Les derniers articles

CALVIN DJOUARI L’ÉCRIVAIN DE L’ANNÉE

CALVIN DJOUARI L’ÉCRIVAIN DE L’ANNÉE

CALVIN DJOUARI a été désigné l'écrivain de la diaspora 2019 par les Camerounais et par le membre du...


JOSEPH GUEMASO LE CLIP DE L’ANNÉE

JOSEPH GUEMASO LE CLIP DE L’ANNÉE

Avec le titre MON CORPS, un Benskin hautement rythmé et dont le clip est d'une beauté écrasante, avec des images...


CHIVAZ CEEBORG DOUBLEMENT SACRÉ

CHIVAZ CEEBORG DOUBLEMENT SACRÉ

Ce passionné de l'audiovisuel qui touche pratiquement à tout ce qui est de ce secteur a eu une année riche en...


YANNICK DEE: LE SACRÉ

YANNICK DEE: LE SACRÉ

LE KING DES TROPIQUES comme on l'appelle souvent de par sa niaque inflexible et son energie debordante qu'il transmet autour de...


GPS: ET DE DEUX

GPS: ET DE DEUX

Le surdoué de la photographie de notre diaspora obtient son 2eme sacre apres celui de 2016, avec la devise qu'il s'est...


Tous les articles